Site de l'académie de Versailles

Accueil > Disciplines > Français > dis-moi dix mots

dis-moi dix mots

mardi 27 mai 2014 par K. Caillette

Il s’agissait de proposer une production collective autour des dix mots : ouf, timbré, charivari, tohu-bohu, tire-larigot, faribole, hurluberlu, zigzag, s’enlivrer, ambiancer).
Un travail en groupes a permis l’élaboration du texte suivant, intitulé

UN CONTE DE OUF

Il était une fois un lycéen prénommé Tony, âgé de seize ans, élève dans un prestigieux lycée parisien. Il était passionné de musique et jouait de la batterie. A l’occasion, il ambiançait des soirées privées. Il faisait partie d’un groupe de musiciens amateurs composé de joyeux hurluberlus : Alex, le guitariste farfelu aux cheveux bleus et Stanislas, le pianiste loufoque aux doigts démesurés. Tony, lui, avait des pouvoirs magiques qu’il n’arrivait pas parfaitement à maîtriser. Ses parents, magiciens virtuoses, l’aidaient à se perfectionner et lui conseillaient fréquemment de se plonger dans de vieux grimoires poussiéreux.
Un soir, alors qu’il allait se coucher, Tony entendit son père dire : « Minouche a mis bas. Qu’allons-nous faire de tous ces chatons ?
Nous vendrons leur fourrure et nous deviendrons riches », annonça sa mère sur un ton diabolique.
Tony se précipita sous sa couette et pensa aux pauvres chatons. Dans la nuit, il fit un rêve fou dans lequel il transformait les pauvres bêtes en magnifique orchestre.
De bon matin, il se réveilla, descendit dans le garage et rassembla toutes les boules de poils. Il prononça une formule magique « orchestroma chatatoum », éternua et ferma les yeux. Quand il les ouvrit, il vit un tigre violoniste, un éléphant trompettiste et plein d’autres créatures étranges et monstrueuses.
L’éléphant voulut montrer son talent et se mit à jouer de la trompette à tire-larigot en utilisant sa trompe. Le bruit alerta les parents de Tony qui atteignirent le garage en quelques zigzags : « Qu’est-ce que ce tohu-bohu ? » demandèrent-ils. Dès qu’ils posèrent le regard sur le pachyderme, ils prononcèrent de concert trois formules qui transformèrent le colosse en innocent chaton.
Tony les remercia et leur expliqua qu’il voulait s’occuper lui-même du tigre violoniste aux griffes acérées. Il voulait réparer son erreur mais ce fut une catastrophe : il le transforma en loup, en renard, en lapin ; enfin, la bête redevint tigre mais était encore plus féroce que la première fois. A chaque fois qu’il touchait une corde de son instrument, un mur se fissurait. Tony réussit à arrêter le temps et se souvint des conseils de ses parents. Il plongea dans un grimoire puis dans un autre et s’enlivra pour s’imprégner des paroles de ses ancêtres magiciens. Il trouva enfin une page sur laquelle était écrit : « si tu as fait une bêtise à en devenir ouf, appelle-moi et je viendrai à toi. Je me nomme Encantador et il te suffit de prononcer mon nom pour que je te vienne en aide. Tony s’empressa d’appeler son sauveur qui sortit du livre, chanta un air d’opéra et disparut. Le tigre, dès les premières notes, était redevenu un minuscule chaton et se léchait une patte.
Tony n’était pas mécontent d’avoir trouvé une solution sans l’aide de ses parents. Il voulut prononcer une nouvelle formule mais ne réussit qu’à bafouiller quelques mots incompréhensibles. C’est alors que les monstres redevinrent des chatons. « Ouf » dit-il. Ses parents lui demandèrent comment il avait vaincu le tigre et il dit une faribole sans parler de son superbe adjuvant.
Il s’entraîna, s’exerça, lut et sollicita ses parents afin de mieux maîtriser ses pouvoirs car cette mésaventure lui avait fait prendre conscience des dangers d’une magie approximative.
Les parents de Tony comprirent que leur fils voulait sauver les chatons. Ils les épargnèrent et les couvrirent d’affection.
Tony, quant à lui, renonça à créer un orchestre magique et se produisit avec ses copains dans des festivals. Les spectateurs restaient perplexes devant leur charivari et disaient régulièrement : « ils sont timbrés ces jeunes, mais tellement talentueux ! »


| Plan du site | Mentions | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Jean Moulin - Le Pecq (académie de Versailles)
Directeur de publication : La principale Mme Duvalet